Ralph Nader: La psychologie Politique d’un Perfectionniste Puritain

Ted Goertzel

Rutgers-Camden

Les lecteurs réguliers de Clio’s Psyche connaissent l’histoire de l’enfance de Ralph Nader par Peter Habenczius et Aubrey Immelman, «L’enfance refusée: les racines de la justice de Ralph Nader», dans le numéro de mars 2001. Plus de détails sur l’enfance de Nader sont disponibles dans plusieurs biographies publiées; le livre de sa mère, Tout s’est passé dans la cuisine: recettes de nourriture et de réflexion (1991); et sur Internet dans un article, « Les racines de l’enfance de Ralph Nader » par Annie Birdsong (http://squawk.ca/lbo-talk/0008/0394.html). Tous s’appuient sur une quantité très limitée d’informations car Nader accorde une grande importance à la vie privée et n’a pas partagé de nombreuses anecdotes d’enfance.

Né en 1934 de parents qui avaient émigré du Liban vers le Connecticut, Ralph avait deux sœurs aînées et un frère aîné, dont il est décrit comme étant très proche. Ses parents étaient idéaux à bien des égards: socialement concernés, soucieux de leur santé et valorisant l’éducation et l’activisme civique. Son père, Nathra, l’a entraîné à penser de manière indépendante et a fait tout son possible pour féliciter les personnes qui s’étaient exprimées en tant que dissidents lors des réunions de la ville. Rose, sa mère, a raconté aux enfants des histoires pleines de héros et de moralité politiquement corrects. Elle leur a donné des pois chiches crus pour des collations au lieu du chocolat. [Le biographe Justin Martin (Nader: Crusader, Spoiler, Icon. Cambridge, MA: Perseus, 2002, p. 8) rapporte que:

Chaque fois que les enfants Nader invitaient quelqu’un à une fête d’anniversaire, Rose préparait consciencieusement un gâteau parfait – glaçage au chocolat, bougies, travaux. Mais ce n’était que pour l’affichage. Avant que quelqu’un ne prenne une bouchée, elle enlèverait tout le glaçage, demandant « Vous ne voulez pas vraiment ça, n’est-ce pas? »

Enfant, Ralph ne s’est jamais rebellé contre cette éducation « goody-goody ». À l’âge adulte, il a vécu la vie que ses parents voulaient qu’il vive. Comme il le dit: «J’ai été élevé pour aspirer à faire avancer la justice en tant que citoyen actif, pas en tant que politicien élu. Non pas qu’il n’y ait rien de mal à se présenter aux élections. C’est juste que mes parents m’ont inculqué un sentiment de socialité. une justice sans parti ni marque politique »(Nader, Crashing the Party, 2002, p. 18). Il est diplômé de la Faculté de droit de Princeton et Harvard, mais a évité une carrière juridique conventionnelle. Au lieu de cela, il s’est consacré aux voyages et au journalisme, avec un succès modeste jusqu’à ce qu’un éditeur en croisade l’aide à écrire Unsafe at Any Speed ​​(1966) et General Motors a embauché bêtement des détectives privés pour le suivre et essayer de l’attirer dans des affaires sexuelles illicites. Le scandale qui a suivi fait de lui une célébrité et a conduit à des progrès remarquables dans la sécurité automobile et l’économie. Nader a inventé le mouvement des consommateurs comme une force de changement social.

C’est une histoire admirable, et Ralph aurait pu vivre le reste de sa vie en tant qu’homme d’État aîné respecté des mouvements de consommation et environnementalistes. Il aurait même pu s’installer un peu, se marier et fonder une famille. Mais Ralph n’était pas homme à se reposer sur ses lauriers. Il vit une existence austère et célibataire, sans temps pour les luxes de la vie. Il se bat sept jours par semaine, 18 heures par jour, contre le puissant démon qui nous menace tous: Entreprise Amérique. Il n’est pas contre le capitalisme sous la forme de petites entreprises comme le Highland Arms Diner de son père dans le Connecticut. Il est contre les entreprises qui deviennent grandes, prospères et profitent des fruits de leur entreprise.

Psychologiquement, Nader est un exemple remarquable du type Puritanical Compulsive tel que décrit dans Theodore Millon et Roger Davis, Troubles de la personnalité dans la vie moderne (2000). Il est austère, pharisaïque, dogmatique, zélé, intransigeant, indigné et critique, avec un sens de la moralité sombre et prude. Les théoriciens psychanalytiques tels que Sandor Rado et Wilhelm Reich pensaient que « tous les compulsifs éprouvent une profonde ambivalence entre l’obéissance et la défiance qu’ils résolvent par sublimation, formation de réaction et déplacement. Ceux qui subliment ce conflit semblent plus normaux, ceux qui déplacent leur agression semblent plus sadiques, et ceux qui réagissent fortement contre leur colère interne deviennent auto-justes « (Millon et Davis, Troubles de la personnalité, p. 178).

Nader tombe clairement dans la catégorie des justes. Bien sûr, il y a beaucoup de choses à critiquer dans le monde et, comme l’observent Millon et Davis, « l’évaluation finale du compulsif puritain dépend souvent de quel côté de la clôture vous vous trouvez. L’orateur d’une personne est l’idiot d’une autre personne. » Mais comme Ralph Nader a vieilli, les racines inconscientes de son comportement sont devenues de plus en plus apparentes.

Ses campagnes pour la sécurité automobile et une meilleure consommation d’essence avaient du sens et ont fait beaucoup de bien, mais sa rhétorique montre clairement que psychologiquement, il menait une guerre sainte contre « l’industrie automobile imprudente et dangereuse à l’esprit hyper-puissance » (Nader, Party, p. 8). Même après avoir remporté la guerre, il s’est refusé les fruits de la victoire. Il n’a jamais possédé une automobile, pas même une Volvo à coussin gonflable, protégée contre les collisions ou une petite voiture hybride essence-électrique Toyota Prius à essence.

Son affirmation selon laquelle le célibat lui est imposé parce qu’il est tout simplement trop occupé pour une famille n’est pas convaincante. Il n’est pas, en fait, le gestionnaire actif de nombreuses causes qu’il a inspirées, comme les groupes de recherche d’intérêt public dans chaque État. Il n’y a aucune raison objective de croire que ses causes souffriraient excessivement s’il réservait un peu de temps à sa vie personnelle. Millon et Davis affirment que la plupart des Compulsifs puritains «ressentent la pression persistante des pulsions agressives et sexuelles irrationnelles et répugnantes et adoptent un style de vie ascétique et austère pour interdire leurs propres pulsions et fantasmes sombres» (Millon et Davis, Troubles de la personnalité, p 178, Nader correspond à cela). modèle bien, bien qu’il n’ait rien partagé de ses pulsions et fantasmes intérieurs.

Sa persistance à se présenter aux élections présidentielles suggère que ses besoins psychologiques sont plus forts que son désir de faire avancer ses causes. Sa réponse aux critiques qui soulignent que sa candidature a aidé à élire George W. Bush en 2000, et pourrait le faire à nouveau en 2004, est de souligner les échecs du Parti démocrate à mettre en œuvre l’ensemble des réformes préconisées par les Verts. Politiquement, le compulsif puritain devient le perfectionniste puritain, l’activiste qui refuse de connaître un succès modeste en soutenant un candidat avec une chance réaliste de gagner. Crashing the Party est le livre de Nader sur la campagne de 2000. Sa plus grande crainte est qu’il succombe à l’invitation à rejoindre le « parti », perdant ainsi la cible de sa colère.

L’enfance de Nader suggère que même les parents les plus libéraux et les plus bien intentionnés peuvent être trop contrôlants et moralisateurs. Un enfant qui n’est même pas autorisé à goûter la cerise sur son gâteau d’anniversaire peut devenir un adulte trop austère et auto-punitif, malheureusement incapable de profiter des petites ou même des grandes victoires que la vie lui apporte. En outre, son approche intransigeante l’amène à affaiblir les causes qu’il s’est consacré à soutenir et fait de lui un allié de facto de ses adversaires de toujours.

Ted Goertzel, PhD, est professeur de sociologie à Rutgers à Camden, chercheur associé au Forum de Psychohistoire et auteur prolifique. Parmi ses livres figurent Fernando Henrique Cardoso: Réinventer la démocratie au Brésil (1999), Linus Pauling: Une vie en science et en politique (1995) et Turncoats et True Believers: La dynamique de la croyance politique et de la désillusion (1992). En 2004, il a mis à jour et coédité le livre de ses parents, 1962, Berceaux de l’éminence: Enfance de plus de 700 hommes et femmes célèbres. Le professeur Goertzel peut être contacté à <[email protected]>.


Source de la page: http://crab.rutgers.edu/~goertzel/NaderBio.html
Traduit par Jean-Etienne Bergemer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *